Accueil > Actualités > Communication & Média > C’est l’été ! Vers l’embellie ?

C’est l’été ! Vers l’embellie ?

22 juin 2016

C’est l’été !
Vers l’embellie ?

Après la rencontre du SNPL et du SPAF avec M. Janaillac et l’engagement consécutif de M. Gagey de revenir sur les mesures de baisse de salaire mises en œuvre unilatéralement le 1er juin, le SNPL, le SPAF et ALTER ont décidé de manière coordonnée de suspendre le préavis de grève du 24 au 27 Juin.

Ce revirement de la direction après des mois de sourde intransigeance envers nos attentes légitimes est une bataille que les pilotes ont gagnée. Par notre solidarité et notre détermination, nous avons réussi à imposer à la direction générale d’Air France un rapport de force tel qu’elle a fini par faire machine arrière : elle a suspendu les mesures prises au nom de ce qu’elle a appelé « solde de T15 » jusqu’au 1er novembre 2016 et formulé par écrit sa reconnaissance du déséquilibre en notre défaveur de l’activité LC.

Les arguments démontrés par l’intersyndicale des pilotes ont donc fini par porter. Même si la menace est encore devant nous, ils ont porté. La direction ne peut plus cacher une ligne de fracture dans ses propres rangs. Cela ne signifie pas qu’elle a renoncé à ses revendications. Mais cela signifie que notre solidarité et notre union entre pilotes ont du crédit et du poids.

Ne nous leurrons pas, il n’est pour le moment question que de suspension concernant T15 et non d’un abandon définitif. Vous l’aurez par conséquent bien compris, le mouvement de grève auquel l’intersyndicale des pilotes a appelé n’est que suspendu : la direction a souhaité calmer le jeu. Nous ne sommes pas fermés au dialogue. C’est le monologue managérial que nous réfutons. Tel est le message que nous avons transmis du côté de la rue de Paris grâce à cette belle mobilisation.

Il nous faut donc rester vigilants, mobilisés et déterminés. Mais la future direction d’AF-KLM le sait dorénavant : les pilotes d’Air France n’accepteront pas plus demain qu’aujourd’hui de se voir imposer des mesures dont ils ne veulent pas (et qui d’ailleurs ne sont aucunement justifiés) ! Au contraire, c’est bien sur la base de ce que nous voulons et défendons au sein de cette historique intersyndicale Air France (comprenez au sens large c’est-à-dire regroupant PS, PNC et PNT) que les prochains accords sociaux au service d’un projet industriel ambitieux devront être négociés.

Rappelons nos revendications communes avec une idée-force, l’EMPLOI !
Décliné sous les axes qui suivent, notamment dans le tract commun du 8 juin :

  • Le rééquilibrage de l’activité LC entre AF et KLM,
  • L’ouverture de véritables négociations pour toutes les catégories de personnel,
  • La reprise des embauches,
  • L’amélioration des conditions de travail et de rémunération,
  • Mêmes conditions de travail et de rémunération, au mieux-disant social, chez AF et ses filiales,
  • L’arrêt de la sous-traitance.

Soyons convaincus d’une chose, c’est fort de notre UNITE, c’est fort de VOTRE soutien massif, que Janaillac a été contraint de prendre précocement les rênes de l’entreprise et que Gagey a été désavoué. Ne sous-estimons pas l’impact qu’a eu, d’une part l’unité des pilotes et d’autre part l’intersyndicale Air France. Cette alliance, née le 5 octobre 2015, inédite dans l’histoire d’Air France, continue de constituer une force indéniable rendant inefficace et artificielle la propagande du château.

Nous ne crierons pas victoire, mais à défaut de champagne, buvons une bonne bière à la mise en défaut d’un management brutal et ne reconnaissant pas l’humain (cf le BSPN 1255, « Management, il est indispensable de tourner la page »).

Les syndicats n’étant fort que du soutien de leurs mandants, ALTER tient à remercier les pilotes pour cette belle mobilisation. A ce propos, il est très clair que la grève a été constitutive du rapport de force qui joue un peu plus en notre faveur aujourd’hui. Elle ne reste bien évidemment qu’un moyen. Elle n’est pas une fin.

La preuve en est les différentes initiatives prises ces derniers mois par les syndicats afin de permettre l’expression de l’exaspération et de la détermination des pilotes :

  • la manifestation entre le siège et les terminaux à CDG,
  • le rassemblement devant l’Assemblée nationale,
  • l’audience devant des commissions parlementaires,
  • les mobilisations devant le tribunal de Bobigny,
  • les défilés,
  • l’appel à la grève,
  • ou les débrayages par plages horaires.

Nous entendons aussi que la grève rebute certains pilotes. Néanmoins, au final, c’est bien ce dernier conflit qui aura, certes temporairement, fait reculer la direction. Au passage, nous en appelons à la conscience de celles et ceux qui ont accepté de prendre des vols pendant ces deux périodes : nous avons obtenu l’assurance que notre activité estivale serait construite et rémunérée conformément aux accords en vigueur. Grévistes ou non-grévistes en bénéficieront. L’intérêt général est préservé.
D’ici là et pour reprendre une formule chère à ce management qui se meurt, nous invitons ceux qui ont fait « plus que leur travail » pendant cette grève « à faire un travail d’introspection ».

L’été s’annonce sous des auspices plus cléments. Le tas de sable n’a été que repoussé. Bon courage à toutes et tous pour cette période traditionnellement dense. Vous pouvez compter sur l’implication, la vigilance et la loyauté collective d’ALTER.