Accueil > Actualités > Communiqués de presse > Communiqué de presse

Communiqué de presse

16 août 2018

PNG - 289.4 ko

Communiqué de presse

En ce qui concerne la candidature du prochain PDG à la tête de NOTRE entreprise, l’intersyndicale soutient qu’il est inconcevable que la compagnie Air France, Française depuis 1933, tombe dans les mains d’un dirigeant étranger dont la candidature serait poussée par un groupe industriel concurrent (Delta Airlines pour ne pas le citer). Dans un contexte où chaque pays cherche à défendre âprement ses intérêts économiques et ceux de ses entreprises, où la présidence Trump elle-même, montre avec quelles armes la guerre économique va se mener, le choix d’un candidat doit se porter sur la défense des intérêts de notre compagnie nationale.
Les autres pays et gouvernements font preuves d’un protectionnisme acharné quand il s’agit de leur compagnie aérienne. Comment dans ce contexte, quand on connaît l’importance des retombées économiques d’une compagnie aérienne sur le reste de l’activité, laisser Air France dans des mains étrangères.

L’Intersyndicale n’attend pas une femme ou un homme providentiel mais un dirigeant responsable ayant une connaissance fine à la fois du modèle social français mais aussi de la position d’AFKLM vis à vis de ses concurrents européen. Ce futur dirigeant devra enfin proposer des projets fondés sur la haute qualité de service vantée par nos passagers et sur l’expertise et la motivation des salariés d’Air France !

Il semblerait que le sort d’AF doive être scellé en catimini, lors d’un CA extraordinaire « par téléphone », qui se tiendrait le lendemain du 15 aout ?
Air France mérite que l’on agisse avec plus de transparence pour qu’elle reprenne son envol dans les meilleures conditions possibles après ces 8 mois d’errance sans dialogue puis sans gouvernance.
L’intersyndicale reste vigilante au nom de tous les salariés de l’entreprise Air France et rappelle qu’elle tiendra une réunion le 27 août afin de déterminer les actions qu’elle mènera dès la rentrée afin d’obtenir la fin du blocage des salaires qu’elle dénonce depuis des mois.

PDF - 152.5 ko