Accueil > Actualités > Air France > De l’Avenir d’Air France et du contrat social pilote

De l’Avenir d’Air France et du contrat social pilote

1er mai 2017

De l’Avenir d’Air France…

Déplacements pros – 04/04/2017

« Dans une communication financière à ses abonnés, Bloomberg analyse les résultats boursistes des compagnies aériennes traditionnelles et des compagnies low cost. Premier constat, après des années de pertes les principaux transporteurs européens « performent » sur les marchés avec des résultats plutôt inattendus.
Dans la liste des exemples fournis par l’agence financière, Lufthansa et IAG font un bond de plus de 19 % au premier trimestre. Air France affiche de son côté plus 37% et réalise ainsi son meilleur trimestre depuis ces trois dernières années. Le constat, du côté des low cost est lui sans appel : Ryanair stagne et EasyJet augmente de peu : 2,5 %.
Selon les analystes, la transformation du marché engagée il y a deux ans porte désormais ses fruits au sein des compagnies traditionnelles. L’arrivée du low cost long-courrier - et de ses tarifs annoncés très largement en dessous de ceux du marché, mais rarement appliqués aux clients - laisse la voie ouverte au long-courrier des compagnies traditionnelles et ce, malgré la bataille tarifaire engagée depuis trois ans. (…) »

Moralité : le modèle des compagnies majeures, tel Air France KLM, est donc toujours, voire plus que jamais, d’actualité avec son offre protéiforme, du court jusqu’au long courrier en passant par la maintenance et autres services. Ses salariés hautement compétents, toutes catégories socioprofessionnelles confondues, toujours très motivés pour parfaire jour après jour la destinée de leur entreprise (et ce malgré tous les coups que la direction lui porte régulièrement depuis tant d’années), sa flotte moderne (rappelons qu’Air France possède à ce jour l’une des flottes les plus économiquement performantes au monde, en particulier sur LC)... sont bien les premières richesses sur lesquelles doit s’appuyer la direction pour construire le projet social et industriel de demain. Et non sur des filialisations hasardeuses, synonymes de démotivation et, à terme, de démantèlement de notre réseau propre long et moyen-courrier et de notre contrat social.

L’ACTIVITÉ D’AIR FRANCE N’A DONC AUCUNEMENT BESOIN D’ÊTRE FILIALISÉE,
LE PROJET « BOOST » DOIT ÊTRE PUREMENT ET SIMPLEMENT ABANDONNE !

… et du contrat social pilote

Document de référence AFKLM 2016.

Éléments de rémunération des dirigeants mandataires sociaux conformément à la Recommandation AMF n° 2009-16 modifiée le 13 avril 2015
Tableau de synthèse des rémunérations, des options et des actions attribuées à chaque dirigeant mandataire social

La rémunération globale (fixe et variable) des membres du Comité exécutif Groupe versée en 2016 s’est élevée à 6,6 millions d’euros (6,5 millions en 2013, 6,4 millions en 2014 et 5,6 millions en 2015).

Moralité (ou plutôt, Immoralité !) : pour affiner et prendre la mesure de ces quelques millions d’euros versés aux membres du COMEX d’AFKLM (en espérant que les commissaires aux comptes ne se soient pas une nouvelle fois « gourés » !), il est absolument nécessaire d’avoir en tête ceci :

2015 15 membres(COMEX) 373 333 € (Rémunération moyenne)

2016 13 membres 507 692€ Soit +36 % !


DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS PILOTES EN COURS,
ET APRÈS DES ANNÉES D’EFFORT,

IL EST NON SEULEMENT HORS DE QUESTION DE CONCÉDER UN QUELCONQUE EFFORT SALARIAL…

MAIS IL DOIT SURTOUT ÊTRE QUESTION D’OBTENIR
DES AUGMENTATIONS PÉRENNES !