Accueil > Actualités > Air France > De l’actualité sociale... De la France à Air France !

De l’actualité sociale... De la France à Air France !

21 septembre 2017

De l’actualité sociale...
De la France à Air France !

GP ou Loi Travail 2 ? Loi Travail 2 ou GP ? Les deux mon capitaine !

Depuis peu, tous les syndicats semblent s’affoler après la récente annonce de la mise aux enchères de siège n’ayant trouvé preneurs, l’association Hexagone en venant à exiger de ces mêmes organisations professionnelles qu’elles fassent feu de tout bois contre la direction afin qu’elle respecte ses promesses en matière de... GP (pour ce qui est des autres promesses contractuelles non tenues, on verra ça plus tard…).

Si ALTER ne veut laisser de côté l’existence de cette problématique confirmée par les écrits mêmes de notre DRH en chef, M. Gateau, si nous sommes convaincus de la nécessité d’unifier les forces syndicales intercatégorielles afin de préserver nos acquis en matière de GP, nous ne pouvons aussi que nous interroger sur la soudaine émergence de cette nouvelle usine à gaz commerciale au moment même où le monde du travail, à l’échelle nationale, subit l’une de ses plus importantes attaques réactionnaires. Qui plus est lorsque l’on voit certaines confédérations syndicales enfourcher d’une part l’armure du chevalier intrépide pour défendre nos GP, d’autre part les oripeaux du cireur de pompes patronales adoubant, sur le plan national, les politiques gouvernementales radicalement antisociales qui auront des conséquences bien plus dévastatrices pour le salarié d’Air France, entre autres, qu’une simple vente aux enchères.

Une fois énoncé ce constat interrogatif, quoi faire ?

Tout d’abord, hiérarchiser les priorités : l’histoire sociale commande dès aujourd’hui à tous les salariés de France et de Navarre, dont les pilotes de ligne d’Air France, de s’opposer à la Loi Travail 2 qui n’a comme seul objectif de démanteler le Code du Travail protecteur des salariés au seul bénéfice de l’oligarchie financière. De la fusion des instances représentatives du personnel (CE, DP et CHSCT, voire Délégués syndicaux), en passant par les référendums contournant la majorité des organisations syndicales, de la possibilité de licencier plus facilement avec plafonnement des indemnités prud’homales, etc., rien ne sera laissé en l’état antérieur, tout est prévu d’être remanié, déconstruit ou détruit. Des protections sociales acquises à l’orée de la seconde guerre mondiale au travers du CNR (Conseil National de la Résistance), ils veulent faire table rase et finir de construire un monde nouveau, dépourvu d’incertitude sociale (moins de revendications, moins de grèves…) et financière (un profit constant et croissant), monde dont les affres seront supportées par la grande majorité du « petit » peuple, dont les pilotes d’Air France font partie, même si…, et les bénéfices récoltés par la seule minorité dominante.

De cette dynamique combative et déterminée naîtra suffisamment d’énergie pour s’opposer à toutes autres attaques au sein de notre entreprise, dont celle promise à nos GP.

Pour cela, une seule issue possible : l’UNITÉ !

C’est en ce sens qu’une intersyndicale intercatégorielle va se réunir vendredi 22 septembre. Nous devrons bien entendu traiter des GP, mais aussi, et surtout, d’une convergence des luttes intercatégorielles, à l’image du 5 octobre 2015, faisant écho aux mobilisations nationales afin de préserver, non seulement notre avantage légitimement acquis que sont nos facilités de transports, mais par-dessus tout notre capacité à répondre efficacement aux attaques qui n’auront de cesse, soyons-en persuadés, contre nos conditions de travail et de rémunération.

Si l’unité intercatégorielle est une nécessité absolue au sein des entreprises quand nous devons faire face à des politiques régressives, qu’elles soient patronales ou gouvernementales (pléonasme ?!?), elle devient tout autant essentielle au niveau des corporations lorsqu’il s’agit de traiter des nécessités particulières. En l’occurrence, dans les toutes prochaines semaines, il nous faudra réunir toutes nos forces, à l’appui d’une stratégie et de revendications unitaires, afin de faire valoir avec détermination notre légitime revendication d’une revalorisation de notre rémunération. Le 3 novembre prochain, des résultats financiers historiques seront annoncés. Cette hausse des bénéfices concernera bien entendu Air France, et ce malgré des politiques industrielles et sociales désastreuses, un non-respect des accords « Prod’ balances », bridant ainsi nos capacités. Après des années d’effort en tout genre, alors que nos plus hauts dirigeants n’ont pas manqué d’augmenter leurs émoluments à hauteur de 34 %, pour ne parler que de l’année en cours, que les NAO nous ont crédités d’un Zéro pour cent d’augmentation depuis des lustres, il serait incompréhensible que nous, pilotes, restions au bord du chemin du progrès social à voir passer le train blindé rempli des richesses que nous avons contribué, avec le concours des autres salariés de l’entreprise, à générer.

Dans les tout prochains jours, ALTER proposera donc à nos partenaires syndicaux, SNPL et SPAF, de reprendre le travail intersyndical afin de construire une plate-forme revendicative commune fondée sur une stratégie unitaire. Mais, en tout état de cause, si l’unité des organisations syndicales devait s’imposer dans toute lutte, elle ne peut être que le point de départ d’une autre dynamique bien plus importante, essentielle même : la mobilisation et la détermination de la majorité de la profession ! Car nous, responsables syndicaux, ne sommes forts que de vous ! Sans vous toutes et tous, unis - avec vos doutes éventuels, vos analyses critiques et constructives - nous ne sommes que peu de chose face à la direction.

Et il va vite falloir nous remettre en selle, car, nous le constatons au quotidien, les attaques de notre contrat social proviennent de tous côtés et sans discontinuer : hier, de notre direction (Transform2015, Perform2020, Trust Together), aujourd’hui du MEDEF par le biais du gouvernement (Loi Travail 2… après la première du nom), après-demain, à nouveau notre direction… et ainsi de suite, quand elles ne sont pas concomitantes). Toujours cette même stratégie du Choc au son du toujours même slogan thatchérien « TINA » (« There Is No Alternative ! »).
Mais l’histoire sociale nous a déjà prouvé que rien n’est inéluctable pour peu qu’on y croit un peu et que les déterminations s’agrègent les unes aux autres. Alors, ayons confiance en nous, en notre profession, restons mobilisés et déterminés à défendre nos acquis et à revendiquer pour en obtenir de nouveaux !

Dernières minutes : il semblerait que le projet de mise aux enchères, baptisé d’un joli sobriquet anglophone une fois de plus, « Rise and Fly », ait été abandonné. Mais sur le sujet propre aux facilités de Transport (GP), comme tous les autres d’ailleurs, il nous faut rester en permanence vigilants (tant de projets nauséabonds étant sortis par porte pour mieux rentrer par la fenêtre !). Et ALTER s’y emploiera. Mais les autres combats pilote, tant sur le plan national qu’au sein de notre entreprise, restent plus que jamais d’actualité !