Accueil > Actualités > Communication & Média > Du côté des DP ALTER - Main courante / FIDELE

Du côté des DP ALTER - Main courante / FIDELE

20 juillet 2017

Du côté des DP ALTER

Main courante/FIDELE

Comme vous le savez, depuis plusieurs années, l’entreprise a créé la main courante FIDELE. Ce fichier qui était paré de toutes les vertus par la direction à sa création s’est révélé être ce pour quoi il avait été créé : un fichier de surveillance des pilotes.

Exemple avec cette question des DPNT ALTER :
QUESTION ALTER N° 201704424 Main courante Fidele (7)
Les DPNT d’ALTER demandent à la direction quel est l’intérêt de la main-courante Fidele pour l’amélioration des opérations ?
Réponse : ………

Ce n’est pas une coquille, la direction n’a pas répondu à cette question posée en avril...

A un moment où le DG.OA s’est engagé à supprimer ce fichier (mais à le remplacer par un autre qui ne peut que nous inquiéter, nous y reviendrons plus loin) nous avons souhaité faire le point sur tous les défauts et dangers de la main courante en général.

Il est à noter qu’aujourd’hui malgré cette annonce officielle de la direction devant les DPNT, le fichier FIDELE existe toujours et est accessible à l’adresse fidele.airfrance.fr. De plus, malgré les engagements de suppression, rien n’interdit encore aux personnes habilitées d’ajouter des « événements » dans les mains courantes des pilotes.

Les défauts qui ont accompagné la création et l’utilisation de ce fichier sont multiples :

  • La raison d’être officielle de FIDELE (telle que déposée à la CNIL) est le suivi de l’exploitation, mais aucunement le suivi des personnes ni la constitution d’un dossier nominatif parallèle. Cela n’est évidemment pas le cas et l’encadrement se sert bien de ce fichier comme d’un outil de surveillance des Pilotes.
  • Les Pilotes sont les seuls salariés de l’entreprise auxquels s’applique un fichier informatique qui peut être « enrichi » par tous les secteurs d’activités d’Air France ou même de l’extérieur de l’entreprise (sous traitants, ATC…). Ils sont les seuls salariés à être « fliqués » de cette façon.
  • les différentes personnes habilitées à écrire dans la main courante/FIDELE n’ont reçu aucune formation. Il n’existe aucun référentiel pour guider la rédaction des fiches (chaque rédacteur fait ce qu’il veut). Ce qui fait que les rédacteurs sont dans l’incapacité de juger de l’opportunité d’ouvrir ou pas un événement FIDELE et ensuite dans l’incapacité de rédiger équitablement ces événements. Ce qui crée un problème véritable d’inégalités de traitement entre pilotes.
  • D’ailleurs le codage (low, medium, high) se fait à la tête du client ; tel aura un événement opérationnel grave (ex : bombardement à TLV avec exfiltration) codé… Low, quand tel aura sa non présence aux Assises du Bourget codé Medium (notons au passage qu’une telle fiche FIDELE ne respecte pas les règles d’ouverture d’événements FIDELE mais a quand même nécessité une question DP pour être supprimée)

QUESTION ALTER N° 201704419 Main courante Fidele (2)
Les DPNT d’ALTER demandent quelle formation ont reçu les personnes habilitées à écrire dans la main courante Fidele
Réponse : Aucune

QUESTION ALTER N° 201704420 Main courante Fidele (3)
Les DPNT d’ALTER demandent à la direction comment est fait le choix de coder les évènements en Low, Medium, High ?
Est-ce à la main des rédacteurs ou existe-t-il un référentiel ?
Réponse : A la main du Chef Pilote du Pole Pilote

  • Théoriquement, les événements disparaissent au bout de trois ans ou à chaque changement d’avions… Sauf que !... bien évidemment, ça ne marche pas toujours… Nous vous invitons à être très vigilants.

De fait, FIDELE est un outil de surveillance que les flottes se plaisent à utiliser. Il est tellement plaisant pour certains de nos petits chefs d’avoir des remontées (qui s’apparentent parfois à de la délation) de tous les secteurs de l’entreprise (et de l’extérieur aussi) qui alimentent ce fichier.

L’encadrement ne peut qu’être incapable de respecter la finalité de FIDELE puisqu’uniquement soucieux de fliquer les pilotes. Et cela avec la complicité larmoyante de la DRH Pilote (responsable de la bonne application des accords).
Et l’expérience prouve qu’un fichier est toujours fait pour être utilisé. Toujours. Et pas pour le bien de celui qui est fiché.
La direction ne pouvant plus faire vivre le mythe d’une main courante FIDELE servant au suivi de l’exploitation au quotidien et non au suivi des personnes dévoile ainsi la véritable raison d’être de tous ses fichiers : un outil de surveillance et de répression, conçu comme tel et n’ayant aucun autre intérêt que la « mise-au pas » des Pilotes.

Mais, ce flicage est devenu intenable pour la DGOA grâce à la combativité des DP sur cette question. Au point de devoir abandonner FIDELE.

Mais un projet de « fiches d’événements nominatifs », attachées à chaque pilote, est visiblement en développement pour remplacer la main courante FIDELE. Ce projet vient de faire l’objet d’une présentation au CHSCT.
Ces fiches pourront être établies par le suivi planning, le CCO, la flotte et traitées par le pôle Pilotes des divisions pour tous les événements (ou non-événements plutôt !) vécus par un pilote. En outre, toutes insertions dans ce nouveau fichier devront avoir fait l’objet d’un contact direct entre l’encadrement et le pilote concerné.

Si la liste des critères officiellement retenus s’est apparemment quelque peu rétrécie, ces derniers resteront néanmoins toujours à l’appréciation du Pôle Pilote des divisions de vol, donc soumis à interprétation. ALTER redoute donc un nouveau projet de la même veine que FIDELE, malgré les affirmations de ses promoteurs qui le veulent conçu pour améliorer le quotidien des pilotes… et l’exploitation.

Simplicité et transparence, nous dit la direction.
Nous ne demandons qu’à la croire ! Même si … !