Accueil > Actualités > Air France > Conflit social - Du sang froid pour aboutir

Conflit social - Du sang froid pour aboutir

20 juin 2018

Conflit social
Du sang froid pour aboutir

L’Intersyndicale Air France (« ISAF », regroupant SUD Aérien, SNGAF, CGT, UNSA PNC, SNPL, FO, SPAF, SNPNC, CFTC PNC et ALTER) réunie le lundi 18 juin 2018 a bien évidemment évoqué les annonces faites par madame Couderc à l’occasion du CCE du 14 juin. Que dire de ces annonces ? Leur détail, peu importe de l’écrire ici, chacune et chacun le connaissent. Bien au-delà d’Air France, il a « surpris » !

Jusqu’aux cadres de l’entreprise habituellement prompts à pourfendre du syndicaliste ou du gréviste, les propositions sont très mal passées. Elles ne sont pas simplement « à côté de la plaque », elles sont la marque d’un mépris total, d’un refus primitif d’écouter l’autre et d’une souveraine défiance de la part de financiers qui postule pour premier credo que le salarié, pilote compris, n’est qu’un coût, qu’une simple variable d’ajustement. Cela ne pourra pas durer ainsi indéfiniment. Et la pathétique séquence vidéo d’autojustification du pôvre Franck n’y fera rien.

Les syndicats reçus en bi-latérales par la Présidente ont tous témoigné de leur conviction qu’un compromis salarial a été très proche d’être trouvé les jours précédents le CCE. Puis quelque chose s’est enrayé dans les dernières heures : on est passé subitement d’une imminente annonce de compromis, certes unilatérale, mais acceptable, à une provocation improbable. Ce revirement a été mis sur le compte d’une intervention au plus haut niveau du gouvernement actuel, sur la base de considérations idéologiques et politiciennes (entre autres, afin de préserver la CFDT AF qui entretient des liens consanguins avec certains de la direction AF actuelle). N’est-ce pas ce gouvernement qui voudrait interdire les grèves « politiques » ?

Lors de la réunion de l’ISAF, toutes les perspectives ont été envisagées quant au préavis du 23 au 26 juin. Nous avons majoritairement convenu d’attendre la mise en place de la nouvelle direction. Le SPAF a, quant à lui, décidé de maintenir celui-ci, choix que nous respectons (lire par ailleurs notre consigne à ce sujet). Le débat a bien évidemment traversé les rangs d’ALTER. Nous nous sommes résolus à ne pas remettre en selle ces pantins nuisibles et avons décidé de ne plus nous adresser qu’à leurs successeurs. Ceux disposant de tous les mandats, y compris et avant tout social.

Ainsi a-t-il finalement été décidé de suspendre le préavis. Suspension soumise au respect par Mme Couderc et le Conseil d’administration d’AFKLM, de leur parole quant à la nomination de son successeur d’ici à la mi-juillet.

L’ISAF laisse donc délibérément un temps à la direction. Un temps « restreint » pour répondre de manière positive au vote des salariés à la consultation qu’elle a elle-même organisée. Il s’agit encore et toujours de purger le conflit avant de pouvoir passer autre chose.

L’ISAF n’a aucunement l’intention de baisser les bras face à cette direction totalement irresponsable dans ses actes et ses écrits. L’ISAF (ALTER en tête) assure tous les salariés de leur détermination à mener le combat pour une juste revalorisation de nos grilles salariales.
Si cette suspension du préavis de grève a pu susciter des regrets, elle doit être comprise comme un pas de côté et non comme un recul.
Restons déterminés à exiger la justice salariale ! Restons solidaires et unis !

Plus que jamais, restons mobilisés !

P.S. : pour celles et ceux d’entre nous qui se seraient déjà déclarés en grève, n’oubliez pas d’informer la direction de votre reprise du travail - si tel est votre souhait - par le même canal que lors de votre déclaration.

PDF - 615 ko