Accueil > Actualités > Air France > Elections Représentants des salariés au conseil d’administration

Elections Représentants des salariés au conseil d’administration

7 février 2018

Elections
Représentants des salariés au conseil d’administration

Chère Pilote, cher Pilote,

ALTER se tourne vers toi et te demande toute ton attention.

Comme lors de chaque séquence électorale tous les quatre ans, pas mal de confusion règne dans les esprits. Nous voudrions tenter de clarifier les choses.

Deux élections de représentants du personnel se tiennent en ce début d’année 2018.

Tout d’abord, sache, si cela t’a échappé, que l’élection des Administrateurs Représentants les Salariés Actionnaires (ARSA) au sein du Conseil d’Administration d’Air France-KLM vient de se terminer. Au sein du conseil d’administration d’Air France-KLM siègent deux représentants des salariés actionnaires, élus par les salariés actionnaires selon le principe « une action-une voix », l’un au sein d’un collège Pilotes, l’autre d’un collège PNC et PS.

Cette élection 2018 s’est achevée le vendredi 26 janvier 2018 à 14 h. Le choix d’un vote électronique avait été retenu. Tous les pilotes concerné(e)s avaient reçu chez eux un courrier leur permettant de participer au scrutin.

Dans le collège Pilotes, ce sont Paul FARGES (titulaire) et Yannick FLOC’H (remplaçant) qui ont été élus, seuls candidats à se présenter, représentant le SNPL. ALTER avait, conformément à ses convictions constantes en la matière, décidé de NE PAS présenter de candidats à celle-ci. Si chaque Pilote est libre de décider de posséder des actions AFKLM, ALTER ne considère pas que représenter des pilotes actionnaires est conforme à sa préoccupation qui consiste à représenter les Pilotes, sans autre considération que leur emploi actif au sein du Groupe Air France.

Exit donc l’élection du représentant des Pilotes Actionnaires.

Notre propos dans les lignes qui suivent concerne l’ELECTION DES REPRESENTANTS DES SALARIES AU CONSEIL D’ADMINISTRATION D’AIR FRANCE, mandats
2018 – 2022.

Le Conseil d’Administration d’Air France comprend six représentants des salariés élus dans le cadre de quatre collèges électoraux distincts, à raison de :

  • un élu par le personnel navigant technique,
  • un élu par le personnel navigant commercial,
  • un élu par les cadres personnel au sol
  • trois élus par les autres salariés

ALTER a, au contraire de l’élection ARSA évoquée plus haut, décidé de déposer une LISTE à cette élection afin d’y porter sa voix, sa philosophie et ses convictions. Intitulée « Confiance ensemble », elle propose à vos suffrages Nicolas Theillet, OPL A320 en tant que titulaire et Caroline Houdoux, CDB A330/340, en tant que suppléante.

Un élu ALTER au conseil d’administration, pour quoi faire ?

Le conseil d’administration du groupe Air France ne doit pas rester une simple chambre d’enregistrement, comme c’est le cas depuis de nombreuses années, des décisions prises par des représentants peu préoccupés par la réalité opérationnelle du transport aérien. Les Conseils d’administration sont trop souvent le théâtre d’une contreproductive culture exclusivement financière méprisant le monde des humains et l’économie réelle.

Le représentant des salariés au conseil d’administration ne doit plus être un simple porte-parole des justifications comptables d’une politique absurde centrée sur les coûts et sans considération pour les femmes et les hommes qui mettent tous les jours « les mains dans le cambouis ».

Les Pilotes doivent élire un représentant des salariés capable de proposer, de convaincre et de porter pleinement les ambitions collectives des Pilotes qui réclament une politique cohérente, partagée et en phase avec le terrain opérationnel.

ALTER a de plus toujours maintenu un lien fort entre son Conseil syndical, son Bureau politique et ses élus. C’est un gage de préservation de la conscience des préoccupations des Pilotes 100 %. C’est là un élément essentiel.

Responsabilité sociétale de l’entreprise

La RSE, acronyme désignant la responsabilité sociale des entreprises, n’est ni un gadget ni une invention de doux rêveurs. En œuvre dans de nombreuses entreprises, elle propose la mise ne place d’une politique sociale et environnementale moderne visant à ancrer l’entreprise dans les réalités de la société toute entière.

Loin du fonctionnement actuel du Groupe Air France, organisé en silo, où chaque entité travaille pour ses propres objectifs, au détriment d’un résultat global satisfaisant, la promotion d’une politique RSE par l’administrateur salarié doit permettre plus d’horizontalité dans nos fonctionnements, et éviter tous les affrontements entre entités (citons, rien que pour les pilotes, la production, le juridique, le CCO). Inutile de promouvoir quelque performance opérationnelle ou autre « net promoteur score », forts des 30 % d’impact du PN si par ailleurs on pose des bâtons toujours plus crasseux dans les roues de ce même PN.
Pour permettre l’épanouissement de tous les salariés, l’administrateur salarié doit convaincre de faire de la lutte contre les risques psychosociaux un enjeu d’avenir pour le Groupe. Tous les acteurs économiques et en particulier les assureurs s’accordent à dire que le risque psychosocial, ou la Qualité de Vie au Travail, induit des coûts directs et/ou indirects : absentéisme, engagement et productivité individuels et collectifs en berne, efficacité opérationnelle dégradée, administration des dysfonctionnements, coût du dialogue social, marque et réputation entachées, risque civil et pénal, risque d’accident augmentés... Le « goodwill » (valeur de l’actif incorporel) lié à la valeur d’un collectif de travail est inestimable et devrait être pris en considération dans le bilan des entreprises.

L’administrateur salarié doit aussi imposer une réduction de la sous-traitance dont l’impact sur la bonne marche de l’entreprise est très négatif en ce qu’il participe à scléroser le tissu social au sein du Groupe Air France. L’administrateur doit œuvrer au nécessaire rapprochement des entités pour tisser un lien d’appartenance forte, moteur d’un service aéronautique opérationnel et capable de s’adapter.

C’est parce qu’ALTER a toujours été crédible dans sa capacité à s’inscrire dans un rapport de force à chaque fois que cela était nécessaire que ses candidats auront toute la crédibilité pour proposer et convaincre de la nécessité d’une politique sociale et environnementale saine au sein du Groupe, susceptible d’être partagée par tous les salariés, et plébiscitée par tous les passagers dont la sensibilité dans ces domaines ne cesse de croitre.

Calendrier :

Mardi 13 février, envoi par courrier au domicile des électeurs : professions de foi, matériel de vote pour la connexion au site de vote électronique et la notice explicative.
Ouverture scrutin 1er tour : lundi 12 mars 10 h.
Fermeture scrutin 1er tour : mardi 27 mars 16 h proclamation des résultats. Un second tour sera organisé si aucun candidat ne réunit au minimum 50 % des suffrages exprimés (absence de majorité absolue).

ALTER reste à ta disposition, mais n’oublie pas de
voter et faire voter ALTER, « Confiance ensemble »
lors des élections du représentant des Pilotes au
Conseil d’administration Air France !