Accueil > Actualités > Communication & Média > Grève du PNC, Soyons solidaires

Grève du PNC, Soyons solidaires

21 juillet 2016

Grève du PNC,Soyons solidaires

Cela fait plus d’un an que l’Intersyndicale Air France (IS AF) regroupant les principaux syndicats d’Air France du Personnel Sol, PNC et PNT a été créée. Elle est née médiatiquement le 5 octobre 2015 après une première et forte mobilisation intercatégorielle qui a vu une majorité unie de salariés s’opposer à une direction de plus en plus isolée avec ses dogmes.

Depuis, les membres de l’IS AF n’ont eu de cesse de se réunir afin de poursuivre la construction d’un front unitaire face au tandem Juniac/Gagey porteur de l’idéologie mortifère pour nos emplois et notre outil industriel qu’est la financiarisation du monde du transport aérien.

Trop d’attaques sur les conditions de travail et de rémunération des salariés que nous sommes sont encore d’actualité. Néanmoins, nous pouvons être fiers d’avoir su reconstruire des liens étroits entre les différents secteurs professionnels de l’entreprise, mettant à bas les stratégies directoriales du « diviser pour mieux régner ». Mais aussi et surtout, comme d’une conséquence, d’avoir rétabli face à la direction un rapport de force à la hauteur des légitimes ambitions des salariés d’AF ayant abouti à la démission du PDG d’AF-KLM ainsi qu’à la récente mise au ban de celui d’AF.

Le nouveau PDG de la holding AF-KLM vient de prendre ses fonctions. Sera-t-il un nouvel idéologue de la Finance ? Ou, enfin, un vrai capitaine d’industrie qui aura à cœur de valoriser le potentiel humain et industriel d’une entreprise quasi séculaire, porteuse des valeurs « à la française » et économiquement efficace ?

Pour ALTER c’est clair, il n’y a pas d’état de grâce qui puisse valoir !

En cette veille de conflit dur annoncé par le PNC, ALTER vous propose de revenir sur sa genèse.

Au cours de l’habituelle pantomime de négociations débutées le 13 avril jusqu’à fin juin, jamais la Direction ne s’est montrée à l’écoute et ouverte aux revendications des OPPNC. Pas dupe de cette stratégie maintes fois subie, l’Intersyndicale PNC a déposé un préavis de grève dès le 3 juin pour le 27 juillet au 3 août, afin de contraindre la DRH à une véritable négociation dans l’intervalle, négociation qui n’aura pas eu lieu.

La Direction d’Air France a par contre « proposé » le 1er juillet un Projet d’accord-cadre PNC consistant à reconduire l’Accord collectif PNC 2013/2016 jusqu’au 31 mars 2018, soit une durée de 17 mois. C’est donc que la direction a une idée derrière la tête : passer l’été tranquille et arriver fin octobre sans texte pour imposer unilatéralement ses conditions.

Depuis le dépôt du préavis, une communication sans précédent s’abat sur le PNC (les pilotes connaissent bien, courage les gars…), par voie de presse tant en externe où il est répété qu’une telle proposition est une chance, qu’en interne où le DGA Ressources humaines, M. GATEAU, suivi par la Direction PNC, exalte la valeur de ce « compromis ».

Le projet a tout d’abord été soumis à signature jusqu’au 13 juillet puis ce délai a été repoussé au 22 juillet, en l’absence de signataire.

Pourquoi un tel flop ?

Alors que le PNC est épuisé, la Direction a pour projet de baisser le nombre de PNC en Cabine Affaire sur toutes les versions inférieures à 35 passagers. Donc de passer de 3 PNC à 2 PNC en Affaire sur A330, A340, 777-35 J, 787. Ceci n’est pas inscrit dans l’Accord soumis à signature, mais ces projets sont bel et bien présentés dans les réunions auxquelles ont assisté les négociateurs PNC.

A terme, avec l’intégration du CCP dans le service, le projet prévoit bien la suppression du C/C dans cette cabine. Le PNC MC n’est pas davantage choyé puisque les objectifs poursuivis par la direction sont, sur fond de montée en gamme toujours, de baisser les compositions d’équipage sur A319 en gréant l’avion à 3 PNC.

Aujourd’hui chaque PNC a une bonne raison de faire grève : la charge de travail, sa pénibilité, les conditions précaires de celle-ci, l’absence de reconnaissance, l’absence de soutien dans des situations difficiles.
C’est ainsi que les syndicats SNPNC, UNSA PNC, Sud aérien, SNGAF, CFTC, UNPNC ou UGICT CGT maintiennent leur appel à la grève DU 27 JUILLET AU 2 AOÛT pour défendre leur métier.

Dans l’éventualité où la grève serait maintenue, ALTER invite les pilotes à respecter le combat de nos collègues qui s’inscrit dans la dynamique et la revendication communes qui nous lient au sein de l’Intersyndicale : L’EMPLOI, au service d’un fleuron industriel.

REFUSEZ LES DÉPARTS DE LA BASE
EN COMPOSITION D’ÉQUIPAGE RÉDUITE,
REFUSEZ LES DÉPARTS DE LA BASE SANS CC/CCP
ET REFUSEZ TOUT « FAISANT FONCTION ».

Merci de votre solidarité.