Accueil > Actualités > Air France > La Sécurité des Vols, c’est le cœur de métier de notre Compagnie

La Sécurité des Vols, c’est le cœur de métier de notre Compagnie

7 juillet 2016

Le 6 Juillet 2016, par l’entremise d’un MANAGER INFO, le Directeur Général Adjoint aux Opérations, Dirigeant « Responsable », M. Eric SCHRAMM, titrait son interview au sujet du programme PERFOPS :
«  La performance opérationnelle, c’est le cœur de métier de notre Compagnie » !

Le 7 Juillet 2016,
ALTER réaffirme dans le BSPN n°1258 que :

« La Sécurité des Vols,
c’est le cœur de métier de notre Compagnie
 »

Car, après l’accident de l’AF447, dont nous venons de commémorer le 7e anniversaire, il serait peut-être bon que le Dirigeant responsable des Opérations n’oublie pas d’où il vient… pour éviter d’y retourner trop brusquement, emportant avec lui quelques vies supplémentaires.
Toute une interview… et pas un seul mot pour la Sécurité des Vols ! A n’en pas douter, une très belle Performance… en matière de lapsus révélateur.

Une question s’impose alors : n’aurions-nous pas conduit jusqu’à présent tous ces changements opérationnels (programme Doc constructeur, anglais « dans le texte », PilotPad, Lido, OFP, Dispatch, etc.) simplement au nom de la Performance économique ?
Cela se pourrait malheureusement bien…

Car, sur quels piliers s’appuie notre ex-responsable de Trajectoire, comité d’alors censé réfléchir à l’amélioration de la SV juste après l’AF447 ? La Sécurité des Vols ? NON ! Le bien-être du salarié dans l’entreprise, gage de son investissement à 200 % dans la bonne marche de son entreprise ? NON !
Le premier pilier « gagnant » est : « les attentes de nos clients ».
Le second, « les retours et idées de tous les acteurs opérationnels qui connaissent la réalité du terrain ».
… même pas un petit troisième pour faire tenir debout un triptyque qui aurait au moins le bon goût de montrer de bonnes intentions ? NON ! Droit dans ses bottes, il l’affirme de manière péremptoire : « le client est Roi ! » Et, s’il lui arrive de mourir, à notre client… notre Dirigeant « Responsable » pourra toujours hurler aux loups : « … et vive le Roi ! »

Mais du « client », parlons-en, effectivement...

  • Disparition quasi totale du contact avec un agent de la Compagnie « grâce » aux BLS, aux systèmes d’enregistrement automatiques de prise en charge des bagages de soute, aux portiques automatiques d’embarquement...
  • Diminution des effectifs PNC à bord des avions concomitant avec la montée en gamme du service nécessitant encore plus de travail, diminuant une fois encore leur disponibilité pour assurer un service commercial de haute qualité...
  • Diminution des effectifs des agents de l’exploitation basse des avions entraînant des retards dans la prise en charge des avions en escale, voire à l’arrivée, retardant par là même le départ, l’arrivée du client…
  • Disparition du « coordo avion » entraînant effectivement de « mauvaises interactions entre la piste, le CLD et la maintenance », ainsi que des retards encore préjudiciables aux clients…
  • Sous-traitance de certaines GV en Chine ou ailleurs entraînant des annulations de vol suite à des défauts de maintenance préjudiciable à la Sécurité des Vols, donc de celle de nos clients…
  • Défaut total du bon équilibrage des effectifs pilote par division de vol entraînant, outre une insatisfaction certaine des pilotes concernés, mais surtout un surcroît de fatigue, comme le démontrent tous les jours les rapports fatigue pilote, entraînant là encore une mise à mal de la sécurité des Vols, donc de celle du client…

Etc.

Mais « des retours et idées de tous les acteurs professionnels qui connaissent la réalité du terrain », parlons-en aussi…

C’est donc de vous, « pilote-de-terrain » dont il est question… en opposition subliminale au pilote-syndicaliste qui ne fait qu’entraver la marche du progrès vers un monde « moderne et performant », monde, qui comme chacun le sait, est emprunt d’humanité, dénué de toute ambition méprisable tels le profit à court terme, la baisse de la masse salariale, l’augmentation outrancière de la rémunération des PDG, les retraites chapeaux, etc.
Une fois, donc, ces empêcheurs de syndicalistes de profiter en rond écartés du dialogue social au profit de la « démocratie participative » chère à notre direction-altermondialiste (comme quoi, rien ne se perd, tout se recycle !), grâce notamment à certaines dispositions de la Loi Travail (comme le référendum salarié par exemple), cette même direction pourra nous refaire le coup du New Deal d’antan. Cette fois-ci, cette consultation directe portera un nom un peu moins barbare, Brexit oblige : elle se prénommera PERFOPS !
D’ores et déjà, en matière d’efficacité économique, ALTER suggère de ressortir des cartons d’il-y-a-deux-ans le dossier New Deal, cela évitera de dépenser des sous si chèrement acquis pour rien, puisqu’au bout du bout, comme chacun sait, seules seront retenues, sous couvert d’une puissante analyse, les « expérimentations » déjà prévues en amont par la direction.

En résumé, avant de se lancer dans un nième enfumage de première bourre des salariés d’Air France, et des pilotes en particulier, en leur faisant croire à une légitime volonté de prise en compte de leurs attentes et préoccupations quotidiennes, que notre DGAO s’occupe de faire de la Sécurité de Vols une priorité absolue en faisant en sorte :

  • que FAR-OPTIMA puisse fonctionner de manière Performante, c’est-à-dire que le Dispatch ait les outils adaptés pour rendre un service Performant aux pilotes, que ces mêmes pilotes aient eux aussi des outils Performants tels des OFP proposant des consommations carburants réglementaires (voir la toute récente mise en conformité des délestages des dégagements parisiens)…
  • que les EFFECTIFS pilote par division de vol soient rééquilibrés afin de minimiser la fatigue…
  • que les EMBAUCHES pilote reprennent de manière conséquente pour compenser les départs à la retraite, le rééquilibrage des effectifs et le besoin de formation à venir…
  • d’ARRÊTER la diminution des effectifs des agents sol « opérationnels » ainsi que leur sous-traitance afin de maximiser la Performance opérationnelle par des intervenants motivés et compétents et ainsi permettre aux avions de partir à l’heure et aux agents du CLD de traiter moins d’avions à l’heure leur octroyant plus de temps pour « fiabiliser la charge »…
  • que la MAINTENANCE de nos avions soit effectuée par des mécaniciens Air France compétents afin d’éviter, par exemple, de retrouver des tuyaux d’alimentation des masques à oxygène-pilote rafistolés avec du scotch pour contenir une fuite…
  • etc.

Déjà, donc, fiabiliser l’existant… déjà, donc, chercher à unifier – et non à diviser - les salariés derrière un projet social et industriel cohérent, ambitieux et progressiste... et seulement après nous pourrons considérer le « reste ».
C’est en cela que nous préserverons un tant soit peu à la « Performance Opérationnelle » si chère à notre direction ! Et ce n’est pas en méprisant une fois de plus la Sécurité des Vols et le dialogue social que la direction réussira à répondre non seulement aux attentes des « acteurs opérationnels qui connaissent la réalité du terrain », mais aussi à celles de nos « Passagers » !

« Avec la Sécurité des Vols,
Avec les salariés et
Pour Tous les salariés,
construisons ensemble non seulement les opérations,
mais aussi et surtout la Compagnie de demain !
 »