Accueil > Actualités > Communiqués de presse > Le pari de la confiance

Le pari de la confiance

22 juin 2016

Pour la seconde fois depuis le début du mois, les Bureaux du SNPL, du SPAF et d’ALTER, vous ont demandé de vous mobiliser tant en réponse aux attaques contre notre contrat de travail que pour réclamer le respect des grands équilibres au sein du Groupe Air France KLM.

Votre conviction à soutenir l’action des Bureaux en ce sens a été déterminante.

A la suite d’ une énième tentative de négociation sous préavis lundi 20 juin, M. Janaillac, futur PDG de la Holding, a décidé d’intervenir pour permettre au dialogue social à la mode Air France de sortir de l’ornière où il avait été précipité.

Lors de notre première rencontre avec lui ce mardi 21 juin, il n’a pas ménagé son ardeur à essayer de nous convaincre du nécessaire pari de la confiance. Cette confiance qu’il souhaite construire avec les pilotes pourrait être de nature à positionner l’ensemble de l’entreprise dans une voie plus vertueuse que celle choisie par ses prédécesseurs.

Le gage mis sur la table consiste en sa proposition de suspension immédiate du solde de Transform. L’étude attentive des dossiers dont il doit prendre connaissance, permettrait selon lui de “nous doter d’une ambition renouvelée fondée sur un projet collectif crédible”, un pacte qui permettra au groupe de s’inscrire dans la dynamique de croissance que connaît le transport aérien.

Les Bureaux ont décidé d’accepter cette main tendue, confirmant ainsi leur volonté de voir s’ouvrir une nouvelle ère dans l’histoire de la compagnie.

Nous avons ainsi obtenu le retrait de l’agression lancée par l’ancienne garde et c’est un succès.
Nous avons choisi de faire confiance car le renouvellement du dialogue sincère avec les pilotes est un volet incontournable de l’équilibre d’une grande compagnie aérienne. C’est un pari.

Chacun se doit de faire un pas.

Mais attention, faire confiance ne signifie pas donner un blanc-seing. Cela ne signifie pas non plus relâcher la pression.
Le poids de cette décision n’en rend que plus lourde la responsabilité qui pèse désormais sur les épaules de M. Janaillac. Et plus aigu le risque de notre éventuelle déception.

Nous maintenons bien évidemment l’ensemble de nos 6 revendications. Ce que nous demandons reste indispensable à l’avenir d’Air France. Il n’est en aucun cas question de revenir sur le mandat que vous nous avez donné.

Dès lors que l’agression est levée, le préavis est levé. En revanche, si la trajectoire ne s’infléchit pas dans la bonne direction, nous ferons le bilan des engagements de ce jour et nous gardons, si besoin, l’option de recourir à une nouvelle mobilisation, forts de votre soutien que nous savons désormais sans faille.

Quand les pilotes et leurs représentants font corps, nous sommes suffisamment puissants pour faire bouger les lignes ! Les Bureaux vous remercient de votre attitude dans ce combat, qui est celui de tous les pilotes de la compagnie, mais aussi celui de tous les salariés de l’entreprise pour ce qui concerne le périmètre et les équilibres de production.

Les Bureaux

PDF - 137 ko


PDF - 297.3 ko

_