Accueil > Actualités > Air France > Luttes actuelles et à venir - FORDEC -

Luttes actuelles et à venir - FORDEC -

11 décembre 2017

Luttes actuelles et à venir
FORDEC

Reconnaissons-le, dans le flot d’informations en tout genre dans lequel nous barbotons, il est difficile de faire le tri. Nos tripes nous envoient souvent des signaux en totale contradiction avec ceux émanant de notre cerveau et, comme par hasard, « ceux qui nous veulent du bien » s’adressent à nos émotions plus qu’à notre réflexion.

C’est le cas de la pub qui nous vend du bonheur en couleur pour que nous nous procurions à vil prix ce qui s’avèrera devenir rapidement notre future déception post-achat, celle qui - ça tombe bien - nous incitera à racheter au plus vite le même objet inutile dans sa nouvelle version. Au fond, on le sait qu’on se fait avoir, mais ces grands manipulateurs savent s’y prendre. Ils ont de l’expérience : ils ont déjà réussi à nous vendre, entre autres, la clope, l’amiante et le Médiator !

Ceux qui nous veulent du bien sont nombreux. Il n’y a pas seulement les « pubeux ». Certains ont su promouvoir la flotte limitée de Transavia, les grandes avancées sociales de Trust Together et l’extraordinaire nouveauté des hôtesses en baskets de Joon. D’autres nous ont refilé la flexisécurité El Khomri, la modernité de la pensée complexe de Macron, l’urgence démocratique des ordonnances et la franchise de reconnaître que nous allons laisser tranquillement la planète se réchauffer sans rien faire d’autre que des conférences qui décident de ne rien faire…

Et ça marche !

A Air France, pour nous, pilotes, c’est quoi la priorité ?

L’obligation d’emport en courrier du Pilot-Pad, la qualité des plateaux-repas, le prix de l’action, le nivellement par le bas lors de la fusion de HOP, les variations du NPS, les extrapolations hasardeuses sur les performances des machines, le montant des chèques cadeaux du CE, les droits aux GP, notre formation de plus en plus « auto », le blocage des carrières, les grilles de salaires gelées depuis Mathusalem, les ordonnances du gouvernement, l’équipement antédiluvien et l’entretien à moindre coût de la flotte, autre chose encore ?

Pour le pilote qui pense à l’avenir de la profession, peut-être faudrait-il passer quelques minutes à classer tout ça. Et, pour ce faire, il n’est peut-être pas inutile de se demander qui nous incite à parler de quoi. Bref, c’est l’heure du FORDEC !

Stop, petit Padawan ! Il est temps d’interrompre la lecture de cet article pourtant passionnant pour t’essayer toi-même à cet exercice. Tâche de raisonner large, écoute ton cerveau autant sinon plus que tes tripes et inscrit ici tes priorités après mûre réflexion.

1

2

3

4

5

C’est fait ? Alors, tu peux reprendre la lecture.

Pour ALTER, bien entendu le problème se pose aussi. Les sollicitations sont nombreuses. Mais, contrairement à ce que voudrait nous faire croire telle ou telle association, l’intérêt des pilotes, celui qu’ALTER se doit de défendre, ne se résumera jamais à l’addition des intérêts particuliers de chacun des pilotes. Pour le dire simplement, ALTER essaie d’être actif partout où c’est utile aux pilotes, mais nous nous devons de hiérarchiser les problèmes.

Donc, ce mardi, en conseil, avant de participer dans la semaine à un GMP, une rencontre informelle avec nos collègues des autres syndicats de pilotes et une intersyndicale Air France, les pilotes d’ALTER ont fait un FORDEC.

Nous avons tenté de nous projeter à moyen terme, de déceler les dangers qui nous guettent, d’identifier les attaques à venir et de préparer des stratégies de défense et de reconquêtes.

Et devinez quoi : il est fort possible que nos priorités ne soient pas les mêmes que celles de la direction. Étonnant, non ? Mais il est aussi probable qu’elles ne soient pas les mêmes que celles de syndicats PS ou PNC, ni même, si ça se trouve, d’autres syndicats de pilotes.

Pour autant, il n’est pas question de renoncer à tenter de rapprocher les positions des uns et des autres et de maintenir des positions communes face à la direction.

Simplement, il s’agit de ne pas se laisser aveuglément dicter les thèmes de négociation et les ordres du jour des réunions.

Allez, puisque le suspense est insoutenable, on vous doit bien quelques indices.
Voilà le premier. Le NPS n’est pas notre priorité absolue !
Le deuxième. ALTER regarde « large » pour voir loin. Ce n’est pas parce qu’une menace ne touche pas directement les pilotes d’Air France aujourd’hui qu’elle ne représente pas un précurseur inquiétant. A ce titre, deux sujets indépendants l’un de l’autre et qui peuvent apparaître éloignés de nos cockpits nous préoccupent particulièrement.
Ce sont l’inversion de la hiérarchie des normes et le bouleversement des relations sociales contenus dans les ordonnances d’une part et la récente intervention de la DGAC pour imposer des conditions de travail aux pilotes de HOP en validant la note unilatérale de la direction après l’échec de leur négociation d’autre part.
Nous avons écrit « sujets indépendants », car l’un ne découle pas directement de l’autre, mais leur concomitance nous semble de bien mauvais augure.

Entendons-nous bien. En ce qui concerne les ordonnances, ALTER ne pleure pas d’éventuelles futures pertes de déprogrammations syndicales : nous n’en bénéficions pas puisque nous ne représentons pour l’instant que 9,95% des pilotes. Nous craignons simplement que les ordonnances produisent exactement les effets pour lesquelles elles ont été conçues, c’est-à-dire qu’elles permettent l’individualisation de la relation sociale et ouvrent la porte à tous les chantages de la part de la direction.

Entendons-nous bien (bis). Il ne revient pas à ALTER de se substituer à ceux qui ont mandat de défendre les pilotes de HOP, ni à leur donner de quelconques leçons. Mais on n’aurait tort de ne pas authentifier là encore un symptôme de l’arrogance d’une direction qui s’appuie sur la complicité d’une administration qui ne lui a jamais été trop défavorable pour faire passer au forceps des conditions moins bonnes que celles qu’elle aurait sans doute été amenée à consentir dans une négociation plus équilibrée.
Rappelons, à toutes fins utiles, que la direction de HOP est aussi la direction … d’Air France.