Accueil > Actualités > Communication & Média > Mobilisation générale des salariés

Mobilisation générale des salariés

22 février 2018

Mobilisation générale des salariés

Consécutivement au dépôt le 9 février du préavis de grève commun PS, PNC et Pilotes pour la journée du 22 février, la direction d’Air France a convié toutes les organisations syndicales signataires à une « rencontre » quelques jours avant l’échéance.

Pantomime !

M Gateau (oui,MM Janaillac et Terner ont mieux à faire, ce sont des gens importants fort occupés) ouvre la réunion (avec un retard non excusé de 10’, pas très D0 tout cela…).
Il fut question de « compréhension », de « justesse d’une demande de retour à bonne fortune », d’accord d’intéressement signé l’été dernier.
Sur un ton très doux et calme, Gateau lénifie, parle de « différentes demandes » (6%, 200€, 10% etc.) parmi les membres de l’intersyndicale pour les dénigrer sans en avoir l’air. Personne ne tombera dans ce piège grossier tendu pour nous diviser.

Le directeur adjoint dit entendre et comprendre. Il veut qu’on s’accorde sur des montants.

Au-delà d’une réunion faisant partie du jeu, les représentants n’ont pu que constater la surdité de la Direction d’Air France aux exigences de revalorisation des grilles de salaires. Il est vrai que voilà fort longtemps que le « dialogue social » vanté partout n’est que le reflet, non du respect de « partenaires » engagés dans un processus loyal visant à déboucher sur un compromis, mais du fait que des réunions ont bien été organisées. Point barre ! Et dès lors que l’on ne se plie pas aux revendications de la direction, il n’y a aucune chance d’aboutir. Le dernier accord NAO signé par les sicaires habituels de la direction contre lequel un inédit droit d’opposition a victorieusement été utilisé en est le symbole. Non, la seule chose qui vaille, c’est le bon vieux rapport de force ! Voilà précisément pourquoi il est « ringardisé » par tout ce qui se fait de « bien-pensant » et « moderne » !

Comme cela s’était déjà produit en 2015 lorsque l’intersyndicale s’était rendue à une invitation de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, c’est chacun avec ses propres mots que les représentants syndicaux ont finalement évoqué devant les quatre sous-directeurs dépêchés le sentiment commun : celui de l’humiliation et du mépris dans lequel la direction générale tient le personnel opérationnel.

Au final, constat de désaccord. Par sa surdité, la direction d’Air France a choisi la grève.

Les syndicats se sont réunis l’après-midi même afin de définir l’organisation de la journée du 22 février. Vous aurez chacun reçu les divers appels au rassemblement à 10h devant le siège de Roissy ainsi qu’à la manifestation qui s’en suivra. Les syndicats proposent, les salariés disposent. L’un ne va pas s’en l’autre. Toujours est-il que ce nouveau rendez-vous intersyndical aura été l’occasion de confirmer la cohésion des rangs des salariés. Le Château ne s’y trompe pas, qui tente depuis de distiller autant qu’il peut les fort connus chiffons rouges de la discorde.

Pathétique et symptomatique.

Au jour de la publication de ce BSPN, les Pilotes ainsi que les autres salariés seront rassemblés au siège d’Air France à Roissy pour une démonstration de force. Par cette démonstration et donc la capacité à se mobiliser en répondant présent aux appels syndicaux, les Pilotes participeront à faire plier la direction qui ne réagit TOUJOURS que contrainte et forcée.

Vos représentants se réuniront dès le lendemain vendredi 23 février afin de décider de la suite tant en termes de calendrier que de modalités d’action et d’initiatives. ALTER mettra un point d’honneur à s’y impliquer ainsi que tout au long de la séquence qui s’ouvre.

Pilotes, vous pouvez compter sur nous !