Accueil > Actualités > Communication & Média > Nouvel Accord d’Intéressement Des sous contre Sécurité des Vols

Nouvel Accord d’Intéressement Des sous contre Sécurité des Vols

7 juillet 2017

Nouvel Accord d’Intéressement Des sous contre Sécurité des Vols

Les accords de participation et d’intéressement 2017-2019 ont été signés le 30 juin par la CFDT, la CFE CGC ainsi que l’UNSA aérien. Ces 3 syndicats étant à eux trois majoritaires aux dernières élections professionnelles de 2015.

Depuis 2008 le principe de distribution de l’intéressement est devenu en partie proportionnel au salaire.
Vous comprendrez que plus le curseur est déplacé vers la relativité de la fiche de paie, plus les employés les mieux payés dans l’entreprise prennent la plus grande part du gâteau.

Concernant les spécificités du nouvel accord signé par trois organisations professionnelles, la répartition égalitaire sur la performance économique se fait sur une base de 45M€ avec un salaire de référence de 65.903€ brut iso 60.100€ sur l’accord 2014-2016.
Cette augmentation de 9% permet de faire profiter de cette enveloppe à un plus grand nombre de salariés, ceux ayant les salaires les plus bas nous assure-t-on. Au-delà des 45M€ liés au Résultat Net Corrigé (REX - dette –impositions), la répartition se fait à nouveau sur le salaire et le temps de présence.
ALTER considère, comme toujours, que cette redistribution des richesses issue du travail et de l’implication de chaque salarié d’Air France mérite d’être uniforme.

Une nouvelle enveloppe liée à la performance opérationnelle a vue le jour.
Son versement (120€/salarié/trimestre) sera lié au Net Promoter Score et aux objectifs D0. Ne cherchez surtout pas une quelconque valorisation de la performance en termes de sécurité des vols.
Pour faire simple, le NPS cherche à déterminer la probabilité qu’un client recommande Air France à quelqu’un de son entourage en donnant une note de 0 à 10. Cela permet de classer les passagers en trois catégories selon leur degré de satisfaction. Les détracteurs (0 à 6), les passifs (7 ou 8) et les promoteurs (9 ou 10). Ensuite on élimine les passifs et on fait la différence entre les détracteurs et les promoteurs. Un NPS positif témoigne d’une bonne satisfaction clientèle.
Outre le fait que le NPS ne s’attache qu’à l’avis d’une clientèle déjà existante et relativise de la même manière la personne ayant voté 0 ou 6, qui va décider de l’objectif à atteindre ?
En ce qui concerne l’objectif D0, même DJ Alex et notre ancien dirigeant responsable n’auraient osés le proposer.
Lier une potentielle distribution d’argent à un départ à l’heure de l’avion est une hérésie en terme de sécurité des vols ce qui prouve encore une fois que nos dirigeants n’ont rien compris à ce qu’était la pierre angulaire de notre compagnie.
ALTER est bien entendu totalement opposé aux méthodes de conception, distribution et aux objectifs inatteignables de cet intéressement qui sont une insulte à la reconnaissance du travail des salariés d’Air France qui font le maximum au quotidien pour satisfaire les passagers en toute sécurité. ALTER a d’ailleurs écrit au Gouvernement et publié un Communiqué de presse sur le sujet.

La dernière partie de cet accord concerne le sur-intéressement.
Cette enveloppe appelée « Trust Together » est plafonnée à 200M€ et sera répartie en totalité proportionnellement au salaire à condition que le projet BOOST soit signé et que la marge opérationnelle de la compagnie (REX/Chiffre d’affaires) soit supérieure ou égale à 2,5%.

La direction a donc voulu rajouter de la pression du côté des pilotes qui se voient responsables d’une distribution ou non d’une richesse liée à tous les salariés de l’entreprise. Ce qui est profondément injuste est que le projet BOOST, si l’accord est signé, se fera au détriment du salaire et de conditions de travail des PNC, de leurs emplois, sans parler de nos collègues sol qui verront la sous-traitance se multiplier… et par là-même notre Sécurité des Vols diminuer. Et cela avec une récompense proportionnelle au salaire le plus élevé. Nous tous, salariés avec des contrats de travail Air France (Pilotes mais aussi PNC…) tirerons donc les bénéfices du sacrifice des salaires des autres catégories de personnel sur l’hôtel de BOOST.

« Trust Together ! », qu’ils disaient…