Accueil > Actualités > Air France > Pas de PR, pas de Problèmes !

Pas de PR, pas de Problèmes !

10 août 2017

Du côté des DP ALTER
Pas de PR, pas de Problèmes !

Vous êtes nombreux à vous poser régulièrement la question de l’intérêt des PR (autres que liés à la Sécurité des Vols). Et cette question est légitime au vu de la réponse fréquemment reçue :

« Bonjour, votre rapport a été pris en compte. Il a été traité et codifié afin d’alimenter une analyse systémique associée à la problématique évoquée. S’il ne fait pas l’objet d’une investigation spécifique, ce rapport permet toutefois d’alimenter nos bases statistiques. »
Ou encore
« Bonjour, votre rapport a été transmis à l’escale pour traitement. »

Pourtant, ces rapports, et leur occurrence, sont indispensables pour permettre à vos Délégués du Personnel, ainsi qu’au CHSCT-Pilotes, de pointer expressément les dysfonctionnements, tant dans la Vie quotidienne, les Conditions de travail, l’Hygiène, la Sécurité au sens large, la Fatigue ou encore le Matériel défectueux…

Les délégués du personnel d’ALTER traitent un à un chaque PR que vous leur transmettez, traduisent à chaque fois que nécessaire un PR en question DP et répondent individuellement à chacun des pilotes qui les a sollicités.

Après deux ans à fonctionner de la sorte, nous restons malgré tout régulièrement confrontés à la faible remontée équipage, quand bien même nous savons que celles qui nous sont proposées reflètent une généralité applicable à de nombreux autres.

Mais la direction a beau jeu de dire que ce faible nombre de PR ne permet pas d’identifier un problème systémique, qu’il n’y a donc pas lieu d’agir ou de réagir...

Les quelques exemples de QDP et réponses issues des réunions mensuelles participeront, nous l’espérons, à vous convaincre de la nécessité (couteuse en temps, nous en sommes conscients) de ne rien laisser passer de vos observations, de rédiger des Pilot Report autant de fois que nécessaire et de les transmettre à vos Délégués du Personnel et/ou au CHSCT-Pilotes.

QUESTION ALTER N° 201504425 SEC ASR FAR/OPTIMA (1)
Les DPNT d’ALTER demandent à la direction le nombre d’ASR et RDC rédigés au sujet de FAR/OPTIMA aux mois de février et mars 2015.
Réponse :
Février : environ 570 ASR/PR/RDC - 550 pour Mars

Sans aller jusqu’à dire que tout s’est arrangé rapidement, et qu’Optima est désormais entièrement fiable, force est de constater que c’est bien l’occurrence des rapports des équipages qui a conduit Air France, sous la pression de la DGAC, à créer une « task force » en charge de résoudre les nombreuses anomalies identifiées au début du projet.

QUESTION ALTER N° 201706415 Fatigue HND-CDG
Les DPNT dALTER demandent à la direction de leur communiquer le nombre de PR fatigue rédigés concernant le retour HND-CDG en Peq 3 après une escale de 24h à HND.
Réponse :
À préciser, les repos en escale sont respectivement de 42h10, 49h10, 39h10 et 37h10 selon les rotations sur HND et NRT
Au total en S17 : 6 PR RF en 10 semaines dont 2 vols par jour
En W16 : 14 PR RF en 20 semaines et 2 vols par jour
2 nuits sur place et rotations sous surveillance

QUESTION ALTER N° 201707422 Suivi rotation HND et NRT

En réponse à une question des DPNT d’ALTER au mois de juin (201706415), la direction a répondu « Deux nuits sur place et rotation sous surveillance ». Une rotation arrivant à 8h20 LT et repartant à 22h55 LT (TC4F0276) ne permet pas d’avoir deux nuits sur place, à moins que la production ait une définition différente d’une nuit (et à ce moment nous aimerions la connaître !). La surveillance, quant à elle, ne suffit plus au vu du nombre de PR fatigue. Les DPNT d’ALTER demandent que les rotations HND et NRT soient suivies par le SGRF, que le risque fatigue soit identifié et traité.
Réponse :
Cette rotation a été analysée et est suivie par le SGRF pour deux vols par jours au départ de CDG.
Plus exactement 4 rotations différentes sont programmées en S17 avec des repos en escale qui varient de 37h10 (3 PR RF), 39h10 (1 PR RF), 42h10 (2 PR RF) et 49h10 (1 PR RF).
À ce stade l’analyse du SGRF ainsi que les PR RF n’ont pas permis d’identifier une rotation particulièrement fatigante, car à minima une nuit physiologique sur l’heure de Paris est préservée.
Le niveau de risque fatigue est « En Suivi » et pas d’action de mitigation nécessaire.

Dans ce cas précis, le faible nombre de PR fatigue est le prétexte tout trouvé pour réfuter l’existence d’une menace pourtant bien réelle (une seule nuit dans un lit sur une rotation 4 ON). On est bien loin du concept TEM !

QUESTION ALTER N° 201706423 Casque audio « Telex »

Les DPNT d’ALTER demandent à la direction de leur fournir le nombre de PR relatif à la qualité audio des casques Telex sur les années 2016 et 2017
Réponse :
0 PR en 2016
1 PR en 2017

Le choix de nombreux pilotes d’investir dans des casques personnels (le pilote responsable du choix des casques pour nos Boeing n’est lui-même pas convaincu, puisqu’il fait partie de ceux qui ont choisi une solution personnelle).
Aujourd’hui, cette solution individuelle est désormais interdite, mais la qualité des casques n’a pas pour autant été réévaluée.

Les exemples sont légion (hébergement, prestation, attente chaise, salubrité navette équipage, etc.).

Nos PR sont là pour améliorer la conscience de la situation des décideurs et vos Délégués du Personnel sont là pour forcer ces mêmes décideurs à mettre en place une réelle stratégie TEM.

Soyons acteurs de notre Quotidien et de notre Sécurité et n’hésitons pas à partager avec nos institutions représentatives, Délégués du Personnel et CHSCT-Pilotes, les irrégularités et menaces constatées lors de nos vols ou en escale.

Pour cela, rappelons-nous la devise de l’entreprise : « Pas de PR, pas de Problèmes ! »

Les DP d’ALTER ne peuvent donc que vous conseiller de faire vôtre cette autre devise :

« Pilotes, à vos claviers ! »