Accueil > Actualités > Communication & Média > Quel avenir pour les Pilotes d’Air France ?

Quel avenir pour les Pilotes d’Air France ?

10 août 2017

Après « Trust Together »…
Quel avenir pour les Pilotes d’Air France ?

Nous aurions pu croire qu’une certaine torpeur estivale se serait installée après la signature de « Trust Together pilote » par le SNPL AF, ainsi que de son pendant côté PNC, mais force est de constater qu’il n’en est rien. Bien au contraire. La toute récente démission d’une partie des pilotes, adhérents du SNPL AF, face à la nécessaire lutte qu’exigeait la réalité des « faits » (le dernier en date, les très bons résultats financiers du premier semestre et du mois de juillet 2017... pour s’en persuader encore, s’il le fallait !?!) a ouvert la porte à une refondation en profondeur des acteurs décisionnaires avec l’entrée à hauteur de 20 % dans le capital d’AFKLM de Delta et de China Eastern au sein de notre entreprise (la part de l’État passant de 18 à 14 %, celui des actionnaires salariés de 6 à 5%) et à une recapitalisation à hauteur de 750 millions d’euros (375 pour chaque nouvel entrant). Mais ces investissements ne se feront ni dans le collectif de travail créateur de richesse que sont les salariés ni dans son outil de travail que sont ses avions. Priorité en revanche sera donnée aux banques par un remboursement de la dette nette pour un montant de 500 millions d’euros alors que celle-ci est d’ores et déjà historiquement basse (3 milliards d’euros), en particulier pour Air France (766 millions d’euros !), les 250 millions autres étant utilisés pour finir de prendre le contrôle de Virgin Atlantic (Delta en détenant déjà 49 %).

Ces annonces d’ouverture du capital à d’autres compagnies aériennes juste après la signature de « Trust Together pilote » montrent à elles seules le vrai bénéfice attendu par la direction et le Conseil d’Administration : non pas la création d’une entité industrielle tierce rentable (voir les difficultés d’Air Berlin, Norwegian, Etihad, Emirates, etc.), mais la mise au pas des pilotes et de leur organisation syndicale majoritaire.
De manière plus globale, au niveau de l’entreprise, que la masse salariale globale ainsi qu’une majorité des organisations syndicales d’AF avaient rendu les armes.

« Trust Together » et JOON ont donc été le signal qu’attendait le Marché pour se rassurer sur la docilité des salariés d’AF !

Face à cette stratégie systématique mise en œuvre par la direction de découpe de l’entreprise et de détérioration de notre contrat social, faut-il pour autant tout abandonner ? Se résigner au fouet du maître pour les siècles à venir ?

ALTER vous propose d’apporter collectivement une même et seule réponse : POURUIVONS LA LUTTE !... car il n’y a strictement aucune raison pour que ce soit toujours les mêmes qui tirent profit du fruit de notre travail.

Même si un accord régressif vient d’être entériné par une partie des pilotes, même si nous continuons d’être persuadés que la création de BOOST/JOON reste toujours une terrible erreur et un grand danger pour l’avenir de notre profession et celui d’Air France, il est néanmoins plus que temps de récupérer au minimum ce que la direction nous a pris depuis des années au prétexte que les résultats de l’entreprise étaient mauvais. Et aujourd’hui même, avec les résultats de juillet, nous savons ! Nous savons qu’ils sont et seront plus que bons, et ce grâce à NOUS !, à notre travail quotidien à toutes et tous !

Tant de choses nous ont été illégitimement retirées, tant de choses sont à regagner (nos 30 coques MCC, nos 10 coques cargo, nos trois jours de congé, les douze jours de repos sur MC, nos PPV en escale, nos toilettes privatives, la qualité de nos repas et de nos hôtels, etc.). Mais s’il est une revendication qui s’impose plus que toutes autres aujourd’hui, c’est bien notre salaire.

Il s’avère qu’ALTER n’a eu de cesse depuis des mois de revendiquer sur ce sujet, faisant même grève le 7 mars dernier à l’occasion des dernières NAO (Négociations Annuelles Obligatoires), avec l’Intersyndicale Air France mais sans aucune autre OPPNT.
Il s’avère que du côté du SNPL AF, mandat a été donné à son bureau d’exiger l’ouverture de négociations sur ce même sujet en octobre 2017.
Il s’avère que le SPAF vient de déposer un préavis de grève pour début septembre portant entre autres revendication sur ce sujet, aussi.

Concernant cette dernière prise de position du SPAF,ALTER ne peut que regretter son caractère solitaire. À aucun moment ALTER n’a été approché pour tenter d’unir le plus largement possible les pilotes, pour tenter d’augmenter le poids du rapport de force. Pourtant l’efficacité d’une lutte est à ce prix. Et il n’est pas tout de critiquer le peu d’efficacité de l’Intersyndicale Air France (IS AF) dans un tract, (encore eut-il fallu y participer avec un peu plus d’entrain…), car montrer l’exemple est mieux, comme il aurait été mieux de mobiliser les pilotes en mars dernier, avec ALTER, avec l’IS AF, alors que « Trust Together pilote » n’était pas encore signé.

Mais ce qui est fait est fait. Sachons laisser là le passé, tachons en revanche d’en prendre de la graine, comme on dit, et tentons de redresser la barre de l’efficacité au profit de toute la profession. C’est le sens que nous avons voulu donner au courrier que nous avons adressé aux deux présidents du SNPL AF et du SPAF (lire ci-après). Nous espérons qu’il recevra une réponse positive. L’avenir, à n’en pas douter, dépendra de notre capacité à nous serrer les coudes, à lutter les uns à côtés des autres, pour le bien de tous.

RESTONS MOBILISÉS, RESTONS UNIS,
NE CÉDONS PAS AUX SIRÈNES DE LA DIVISION,
AUX PEURS MENSONGÈRES DE LA DIRECTION !

CONTINUONS À NOUS INDIGNER ET À REVENDIQUER…

ET PRÉPARONS LES LUTTES À VENIR ENSEMBLE !

PDF - 120.9 ko