Accueil > Actualités > Communication & Média > Rémunération, Sacré Francky !

Rémunération, Sacré Francky !

11 décembre 2017

Rémunération
Sacré Francky !

Vous avez dernièrement découvert, chères et chers Pilotes, dans vos casiers, un tract intersyndical reproduisant les termes d’un courrier adressé au Directeur général d’Air France par les OP représentatives SNPL et SPAF, soutenues par ALTER. En voici un court extrait :

« Objet : demande d’ouverture de négociations salariales.
Monsieur le Directeur Général,
Alors que le Groupe Air France-KLM vient de publier les meilleurs résultats depuis sa création, la dernière augmentation générale salariale des Pilotes Air France date d’octobre 2011.
(…)
Aussi, les organisations syndicales pilotes SNPL et SPAF vous demandent d’ouvrir, dès réception de ce courrier, des négociations salariales Pilote. Cette demande est soutenue par l’organisation syndicale pilote ALTER ».

Or, notre bon directeur a, à son tour, fait publicité de cette initiative intersyndicale commune SNPL SPAF ALTER (cf vos toutes nouvelles et flambantes neuves boiboites courriels Outlook pro), le 5 décembre 2017, en transmettant à tous les pilotes sa réponse aux syndicats.

ALTER ne souhaite pas penser à la place des pilotes. Aussi, et avant de revenir vers vous avec des propositions soutenues, nous l’espérons, par les trois organisations sus-citées, nous vous proposons une critique de la raison pure managériale à l’aide d’un document officiel incontestable. Pour ce faire, nous t’invitons, cher petit scarabée, à te rendre prestement sur iPn, onglet « e-services RH », rubrique « Ma rémunération » afin d’y lire les BRI édités par ton employeur qui te veut tant de bien. Tu conviendras qu’aucun syndicat n’est concerné, de près ou de loin, par le contenu dispensé par ces documents. L’objectivité de ceux-ci est par conséquent reconnue par la Direction. Ouf ! Ce document disponible (de 2010 à 2016) sur tes genoux, nous te proposons donc la critique (au sens noble et large, il va de soi, pas d’a priori à ALTER) des propos de Francky :

« Messieurs les Présidents,

J’accuse réception de votre courrier en date du 24 novembre 2017 qui a retenu toute mon attention.
Vous avez raison de mentionner que la dernière augmentation générale portant sur les grilles des pilotes Air France remonte à 2011, comme pour toutes les catégories professionnelles de l’entreprise ».
(...)
« Pour autant, vous le savez, la rémunération individuelle des pilotes a évolué positivement tout au long de cette période, et pas seulement du fait de l’augmentation des cadences. Entre 2012 et 2017, l’évolution de la rémunération moyenne des pilotes présents a été de + 9,1%, hors effet des cadences. Cette progression importante s’explique par l’évolution des classes, l’ancienneté et les changements de machine (PHB) ou de spécialité (passage CDB) »

Ben oui, probablement pas par hausse de nos grilles, hein Francky ?
Vérifiez vos BRI et jugez de la qualité de cette affirmation. Merci de nous faire part de votre réponse. Anonymat promis juré.

« Sur la même période, le salaire annuel moyen perçu par pilote est passé de 179000€ (salaires et traitements bruts moyens par pilote à temps plein) à 201000€ soit une augmentation de +12%.
Pour les pilotes présents entre 2012 et 2017 (donc hors effet nouveaux entrants), le salaire moyen sur la période a même augmenté de +18% ».

Vérifiez vos BRI et jugez de la qualité de cette affirmation. Merci de nous faire part de votre réponse. Anonymat promis juré.

« Je voudrais aussi vous rappeler que depuis 2012, toujours hors effet des cadences, 90% des pilotes ont vu leur rémunération augmenter, du fait des classes, de l’ancienneté ou d’un changement de machine. Du fait de la structure de rémunération des pilotes chez Air France, ces changements de machine jouent un rôle prépondérant dans l’évolution de celle-ci ».

Vérifiez vos BRI et jugez de la qualité de cette affirmation. Merci de nous faire part de votre réponse. Anonymat promis juré.

« Le pari de la croissance rentable fait avec notre stratégie « Trust Together », qui nécessite une maîtrise de nos coûts permettra de générer près de 900 qualifications de type par an, ce qui sera très favorable à la rémunération pilotes ».

Ça, ce n’est pas dans le BRI, mais si la direction savait faire, ne le saurions-nous pas déjà ?

« Une autre démarche serait d’envisager des négociations plus larges, incluant dans un « gagnant-gagnant » des évolutions de rémunération avec des changements de système de rémunération, des mesures de productivité et d’efficacité ou de périmètre. C’est la voie qu’ont choisie d’autres compagnies, en particulier Lufthansa que vous citez. Il me paraît envisageable d’entrer si vous le souhaitez dans une discussion de ce type, dont l’objet serait d’examiner de nouvelles mesures encourageant la croissance en incluant une discussion sur les grilles de rémunération pilotes, en niveau comme en structure ».
(…)
« Messieurs les Présidents, à l’assurance de mes salutations distinguées ».

Merci Francky. Comme quoi être distingué n’interdit-il pas pour autant de menacer entre les lignes !

L’avenir sera, non pas ce qu’un tel ou untel (parmi lesquels ALTER, il va sans dire) en aura écrit dans un tract, mais ce que les pilotes auront décidé d’en faire. ALTER s’efforce de proposer. ALTER reste prêt à relayer vos demandes et dispose pour cela d’une adresse. Ce sont les pilotes qui disposent. A ce stade, nous sommes très inquiets qu’une prochaine loi permette qu’un référendum salarié se substitue à la négociation collective. Poids de la propagande et de la subordination oblige.

A ce titre, la Loi travail en cours de promulgation est une régression inédite qui devrait cristalliser toutes les attentions, rassembler toutes les forces et s’affirmer naturellement comme la priorité des priorités. Pourtant, pour ne parler que d’Air France, les GP ou les gesticulations en marge des débuts de l’exploitation de Joon passent bien avant. ALTER ne parvient pas à inverser cette « hiérarchie des normes »...

Rappelons-nous une chose en ces temps délibérément troublés : la juxtaposition des intérêts individuels est inférieure à l’intérêt collectif. Le rappeler ne renvoie pas l’humanité à l’âge de pierre mais à une époque où l’on n’avait pas oublié (distraction orchestrée par les tenants du pouvoir) que les droits de la multitude face aux puissants sont tous nés du rapport de force, pas d’avoir demandé gentiment. C’est ainsi...