Accueil > Actualités > Air France > Situation à Caracas : Des enjeux économiques au DGI du CHSCT PNT

Situation à Caracas : Des enjeux économiques au DGI du CHSCT PNT

24 août 2017

Situation à Caracas :
Des enjeux économiques au DGI du CHSCT PNT

La politique de nationalisation menée par Chavez depuis 2010 qui avait permis à l’époque de faire baisser de moitié le taux de pauvreté selon l’ONU, a entraîné implicitement, la réduction drastique de la production de brut.

En effet l’entretien des champs pétrolifère nécessite de la main-d’œuvre et des pièces de rechange pour l’entretien courant dont le Venezuela ne dispose pas. Les autres pays qui en sont pourvus tardent à lui en fournir pour des raisons politiques évidentes. Au point que le Venezuela est dans l’obligation d’importer du brut des Etats-Unis alors que ses réserves au sein de la ceinture de l’Orénoque sont, semble-t-il, les plus importantes au monde en pétrole et se situent à la quatrième place en gaz naturel.
Pour éviter le défaut de paiement, le gouvernement préfère payer ses échéances de dette plutôt que d’importer nourriture et médicament ce qui aggrave la crise humanitaire.

La dette provient essentiellement de la Chine et de la Russie qui ont prêté plusieurs milliards au pays entre 2007 et 2014, dette devant être remboursée en pétrole. Mais le cours du baril est passé de 100$ à moins de 50$ et le pays n’est plus capable de produire autant qu’il ne le voudrait.

L’assemblée constituante, si chère à Maduro, élue fin juillet, devait ramener la sérénité et enrayer le déclin économique, mais il n’en est rien. En effet, les contrats d’échéances de dettes ont été rédigés selon le droit américain qui refuse de reconnaître la constituante considérée comme une dictature pourtant élue démocratiquement.

La présidence de Chavez à laissé des traces et a exacerbé la haine des plus puissants Vénézuéliens où le secteur privé contrôle 80% de l’économie.
En effet les Guarimberos ultra violents, représentant la supposée rébellion démocratique et qui cherchent à déstabiliser le gouvernement, sont menés et financés par les dirigeants d’entreprises qui ont vu leurs intérêts menacés par les redistributions au peuple du président Chavez puis de Maduro.

Ce climat dangereux et l’instabilité économique a poussé la majorité des transporteurs aériens à l’exode. Alitalia, Air Canada, Aéromexico Avianca, Gol, United, Delta et Lufthansa pour ne citer qu’eux ont abandonné totalement la desserte ce qui a contribué à isoler encore plus le pays.

On comprend pourquoi les vols sont généralement saturés et pourquoi la ligne est intéressante à exploiter.
Iberia et Air Europa quant à eux découchent à Saint-Domingue.

C’est dans ce contexte complexe que le CHSCT a déposé le DGI (Danger Grave et Imminent ci-joint et disponible en intégralité sur le site d’ALTER) sur Caracas demandant expressément à la compagnie de suspendre les découchers aussi longtemps que le contexte social et politique demeurera instable et dangereux.

Nous vous rappelons que si vous êtes programmés vers une destination que vous considérez comme peu sûre et en conséquence susceptible d’affecter votre capacité à réaliser votre mission en toute sécurité, vous pouvez exercer votre droit d’alerte et de retrait .
ALTER met à votre disposition sur son site internet les liens actualisés du ministère des Affaires étrangères sur les destinations considérées comme sensibles.
N’hésitez pas à contacter vos délégués du personnel si vous éprouvez quelques difficultés à exercer votre droit de retrait.