Accueil > Actualités > Air France > Stages hors base - L’urgence pour une formation de qualité

Stages hors base - L’urgence pour une formation de qualité

15 novembre 2018

Stages hors base
L’urgence pour une formation de qualité

A la suite des demandes, entre autres, des DP ALTER (qdp 2018.10.444) concernant les stages hors base et sur l’invitation de M. Rollier (équipe DRH Pilotes), le SNPL et ALTER se sont rendus à une réunion d’échanges concernant ces stages. Le SPAF a décliné sous prétexte qu’elle n’était pas organisée un jour de semaine syndicale.

Les stages hors base sont de plus en plus nombreux et il n’existe aucun protocole les régissant. Cela laisse une bien trop grande latitude à la direction dans la définition des conditions de stages (cadences, hébergement, repos, horaires, etc.). Cependant, rien n’empêche la direction de décider dès aujourd’hui d’une amélioration de ces conditions.

Cette entrevue a permis de confronter les points de vue et de faire apparaître des pistes de travail.

Le problème à gérer par la DRH est l’augmentation du nombre de QT que la direction d’Air France est incapable de gérer en interne (effectifs d’instructeurs, simulateurs disponibles, effectifs pilotes pour passer le programme de vol dans le même temps, etc.).

Dans ce contexte, il est essentiel d’établir un cadre pour protéger les pilotes.

La DRH est « incapable » de prévoir le nombre de stages qu’elle doit acheter à des prestataires extérieurs tant que le service « dimensionnement » ne lui a pas transmis ses prévisions de besoin de QT. Elle avance donc en aveugle, les pilotes restant les victimes de ce fonctionnement d’Air France où chaque entité travaille dans son coin sans se soucier des besoins des autres services.

L’ATO (ex TRTO) tourne à plein régime et n’a plus la possibilité d’absorber sur LC un échec au C1, un échec au lâcher ou tout simplement une demande de simulateur supplémentaire. La DRH a donc décidé d’augmenter le nombre de QT à l’étranger pour gagner en souplesse et en disponibilité.

Sans répondre à nos demandes (que vous trouverez ci-joint) pour le moment, la DRH nous fait savoir qu’à Air Canada (dorénavant l’alpha et l’oméga des ressources humaines), les campagnes d’acte de carrières sont ouvertes toute l’année et chaque pilote peut se prononcer tous les mois. La révolution suggérée permettrait de résoudre bien des soucis actuels (dates et lieu de stage choisis en fonction de la LCP), mais mérite une réflexion bien plus approfondie quant à d’autres implications sociales possibles.

A la suite de cette entrevue et pour parfaire notre vision de la situation, nous avons interrogé nos adhérents et sympathisants, en particulier ceux l’ayant vécu ou devant le vivre prochainement. Ces retours nous ont permis d’affiner nos demandes auprès de la DGOA. Vous les retrouverez dans le courrier (publié au verso et sur notre site) que nous avons adressé au DGOA Olivier Dulat.

PDF - 82.4 ko