top of page

De justes prédictions

Dernière mise à jour : 21 mars

Prendre en considération les prédictions de Cassandre, jamais écoutées et toujours réalisées, n’est pas de nature à offrir du confort intellectuel.

Croire des promesses de gascon simplifie grandement la réflexion.

Ne pas considérer le prix d’une victoire, même à la Pyrrhus, conforte l’ego de celui dont l’analyse passée est contestable.

Le passé permet souvent d’y voir plus clair pour mieux appréhender l’avenir, nous vous proposons de relire quelques morceaux choisis des prédictions de Cassandre issues du BSPN ou des promesses de gascon issues des tracts du SNPL.

 



21 décembre 2006: Si les low cost font de la concurrence à Air France, comment une compagnie qui fait de la concurrence à ces low cost n’en ferait-elle pas également à Air France ? Le transfert des lignes Marrakech et Naples n’en est-il pas un exemple flagrant ? Toutes les destinations qui sont desservies par le TGV ne tomberont-elles pas dans la nasse de Transavia ? Il s’en suivra alors un étouffement généralisé de l’activité moyen-courrier d’Air France au profit de Transavia.

23 mai 2019: La direction veut « juste » ne plus avoir aucune limite dans le développement de TO (nombre de coques, rayon d’action, toutes bases à l’exception de CDG marché domestique)… M. Carkaxhija martèle qu’il n’y a aucun risque pour les pilotes Air France qui sont protégés par accord (110 coques brutes MC)… L’expérience prouve que les accords qui protègent les pilotes sont très rarement respectés… un certain nombre de risques :… la fermeture d’Orly en moyen propre.

3 juin 2019 : Que ce soit en 2007 lors de l’accord de création de Transavia France, ou en 2014 lors de l’accord de détachement des pilotes AF, nous avons toujours veillé à ce que l’activité de Transavia France n’empiète pas sur celle d’Air France compte tenu de la nature différente des contrats de travail.

6 juin 2019 : Une fois TO développée à taille critique, tout indique que Benjamin Smith reviendra vers nous avec ce constat : seul TO est en mesure de maintenir une rentabilité suffisante sur court-courrier, il est donc indispensable de remplacer Air France/HOP ! sur court-courrier par TO.

24 juin 2019: Transavia ne desservira pas CDG, n’exploitera pas d’avions gros porteurs (ou bicouloir) et ne remplacera pas Air France/HOP ! sur les lignes domestiques intérieures… La mise à disposition… est très compliquée, voire impossible, sauf à exploiter le même type avion chez TO et AF.

11 juillet 2019 : Il est cependant bien précisé que Transavia ne fera pas de domestique en remplacement d’Air France

9 août 2019 : Quand une organisation syndicale toujours largement majoritaire accepte de mener une négociation avec les mêmes méthodes, la même absence de volonté, la même confiance aveugle face à une direction toujours plus affûtée, alors l’histoire se répète inlassablement.

5 juin 2020 : À la question maintient-on l’engagement des 110 coques MC AF, la réponse est non… BS n’a jamais envisagé de tenir son engagement de périmètre MC.

19 juin 2020 : Il y a un an (Transavia illimité), la cuisson des grenouilles a commencé à froid, et aujourd’hui, avec la crise, M. Smith n’a plus qu’à augmenter le thermostat. Grillé Hop ! et ses centaines d’emplois, grillées nos lignes intérieures, grillée à terme LA Navette.

7 juillet 2020 : Nos dirigeants pensent, Ben Smith en tête, que sur les lignes La Navette ! Toulouse, Marseille et Nice, la marque Air France a encore toute sa place à court et moyen terme.

10 juillet 2020 : Le plan Vesta, c’est la perte de 15 coques moyen-courrier Air France (en attendant la suppression des 15 coques Navette et Corse).

24 juillet 2020 : Une garantie plancher en coques de groupe de base opérées en propre Air France sur le Hub est définie : 80 coques MC AF devront ainsi desservir CDG (NDLR : la garantie 110 coques AF MC disparaît, remplacée par une garantie 150 coques MC AF+TO).

24 juillet 2020 : Quelle sera la prochaine étape ?

27 juillet 2020 : En sus, les lignes ORY-MRS/TLS/NCE resteront opérées exclusivement par Air France en moyen propre.

20 octobre 2022 : la stratégie d’Air France sur le domestique n’était qu’un mensonge pour transférer les créneaux d’AF, si précieux à Orly, vers Transavia, pour que celle-ci optimise sa rentabilité sur les vols loisirs.

18 octobre 2023: La marque Air France quittera définitivement l’aéroport d’Orly en 2026… Le SNPL prend note de cette annonce… nous serons intransigeants sur l’emploi, le périmètre de notre activité, les facilités de transport, la stratégie sur les liaisons domestiques et les vols COI, ainsi que l’évolution de Transavia.

19 octobre 2023: La réalité, c’est que l’avenir d’Orly a été scellé dès l’arrivée de M. Smith à la tête du Groupe AF/TO/KLM… Transavia a déjà abandonné quelques lignes domestiques précédemment transférées et démontré sur les autres destinations qu’elle n’était pas conçue pour ce type d’exploitation… Sans ces réactions attendues, l’étape suivante du projet de M. Smith (c’est vrai ALTER devient pénible à jouer les oiseaux de mauvais augure, mais il s’agit là de notre responsabilité syndicale au service des pilotes, de l’impératif discours de vérité) sera la création d’une filiale low cost long-courrier au départ d’Orly…

10 novembre 2023 : La vérité que nous constatons, c’est une « low-costisation » de l’entreprise Air France… les annonces ayant été faites en grande pompe devant la presse, la direction a forcément reçu des gages du SNPL sur ce dossier… Jusqu’à quand nous laisserons-nous acheter ?

 

À suivre…

 



Finalement, après 4 ans et demi de collaboration aux projets de M. Smith, la réussite syndicale ressentie ne se résume-t-elle pas à une victoire à la Pyrrhus ?

L’augmentation des effectifs pilote Air France et une rémunération commune entre les pilotes Transavia et Air France sont incontestables, mais le prix payé est lourd et définitif :

- Les pertes d’avantages acquis (non-accès aux subventions du CSE AF, accords temps alterné et instructeur différents, stabilité de planning incertaine, privation de prime de participation aux résultats d’Air France) touchent toujours plus de pilotes (ceux détachés chez Transavia) ;


- Le risque prédit par Cassandre concernant une low cost long-courrier ;

- La disparition progressive du moyen-courrier Air France (celui qui alimente le long-courrier) ;

- La porte ouverte aux low cost pour s’approprier le réseau domestique Air France ;

- La disparition de la marque Air France des aéroports de France à l’exception de CDG.

 

Le 02 novembre 2020, nous étions trop peu à manifester et à nous mobiliser pour l’avenir d’Orly et le maintien du pavillon Air France, à l’appel du SNGAF, de la CGT Orly, de Sud Aérien, de la CFTC et d’ALTER.

Le 28 novembre 2023, nous ne devons pas commettre la même erreur, mais répondre massivement à l’appel de TOUTES les organisations syndicales d’Air France (à l’exception du SPAF et du SNPL) pour dire…

NON AU DÉPART d’ORLY

Rendez-vous est pris à 10 h devant ORLY 4 (ex Orly sud).

Venez nombreux !

 

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page